Le culte a lieu au temple tous les dimanches à 10h30

Le temple :
9B av. de la Gare
78280 Montigny le Bretonneux

Pasteur : M. Guilhem RIFFAUT
01 30 69 09 02
pasteur@epusqy.org

Présidente du conseil presbytéral :
Mme Hanta RAJAONA
01 30 54 94 58
conseil.epusqy@gmail.com

Nous écrire

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Cette année nous sommes invites à travailler ensemble sur le thème :

« Bénir. Témoins de l’Evangile dans l’accompagnement des personnes et des couples. »

Avant de vous dire comment le Conseil presbytéral de notre paroisse souhaite que nous portions ce sujet dans notre communauté, je vais vous lire quelques extraits de la préface du dossier préparatoire écrite par le pasteur Laurent Schlumberger, président du Conseil national de l’Eglise Protestante Unie de France :

« Le travail synodal dans lequel notre Eglise s’engage a principalement un double enjeu, missionnaire et pastoral.

  • Le premier enjeu est missionnaire.

Nous nous savons appelés à être une Eglise de témoins.

Témoins de Jésus-Christ, dans une écoute ouverte, partagée et active de l’Evangile. C’est cette vocation qui est source de notre communion, qui donne son sens à la vie de notre Eglise, qui oriente ce que nous entreprenons.

Or évangéliser, c’est bénir. L’un à partir de la racine grecque (eulaggelizo), l’autre à partir de la racine latine (beneldicere), ces deux mots indiquent la même visée : porter une parole bonne et féconde, annoncer une bonne nouvelle qui fait vivre.

Pour nous, cette parole vient de Dieu et s’adresse à chacun : c’est l’Evangile de Jésus, le Christ.

Nous en sommes témoins. Comment ? Auprès de qui ? Dans quelles circonstances ?

Voilà l’enjeu premier.

  • Le second enjeu est pastoral.

Dans ce travail sur la bénédiction, … il s’agit de personnes, de couples, de familles et de communautés. Comment partager cet Evangile dans le concret de rencontres et d’accompagnements ? Comment le partager avec celles et ceux qui sont là ? … Comment partager tout cela… non seulement avec des mots mais aussi avec des présences et des gestes ?

C’est à la lumière de cette visée missionnaire et pastorale que l’ensemble des questions posées par ce thème synodal doivent être abordées.

Où en sommes-nous de nos pratiques actuelles en matière de bénédiction ?

Faut-il les faire évoluer, pour plus de justesse ?

Faudrait-il élargir les occasions de bénédiction dans un cadre liturgique et communautaire ? Si oui, lequel et comment ?

Est-il souhaitable, notamment, d’envisager ou pas de bénir des couples de personnes de même sexe qui le demanderaient, et pourquoi, comment, dans quel(s) cadre(s) éventuel(s) ?

On le voit, il s’agit d’un débat de fond, ou encore d’un débat d’orientation.

Dans l’écoute attentive et commune des Ecritures bibliques, dans la prise en compte de notre société telle qu’elle est, dans l’échange respectueux, il nous faut discerner le chemin sur lequel l’Esprit de  Dieu invite notre Eglise à avancer.

Au cours du premier semestre de l’année 2014, les paroisses sont appelées, à travailler. Chacun est invité à contribuer à cette étape de la démarche synodale, en écoutant, interrogeant, rencontrant, dialoguant, réagissant, priant…

En fonction des échos de ce travail, les rapporteurs nationaux rédigeront un texte d’orientation qui sera envoyé aux conseils presbytéraux à la fin de l’été, puis débattu en synode régional. Ces avis seront  transmis au synode national de mai 2015, dont la responsabilité est de formuler des décisions.

Un débat n’est pas un combat.

Débattre, ce n’est pas convaincre l’autre des certitudes que j’ai en moi une fois pour toutes.

A mes yeux, l’un des signes qu’un débat n’a pas été vain, mais réussi ou fécond, est qu’il m’ait fait évoluer dans mon regard et mes conviction.

Il nous donne l’occasion de nous replacer ensemble devant Dieu, non seulement dans la prière, mais aussi dans l’échange et l’argumentation, dans la réflexion et la décision…

Nous y expérimentons que nous avons besoin les uns des autres pour vivre notre vocation. Et c’est bien cela le sacerdoce universel.

Oui, que le Seigneur nous bénisse sur ce chemin commun, afin que, en Eglise, nous soyons mieux témoins de l’Evangile dans l’accompagnement des personnes et des couples. »

Concrètement comment cette réflexion va-t-elle se passer pour notre paroisse ?

Lors du culte du 4 mai prochain, le pasteur Pierre-André Schaechtelin introduira notre travail sur le thème général de la bénédiction en proposant des éléments biblique et théologique. L’objectif est de revisiter le sens de la bénédiction.

Le samedi 10 mai de 15 heures à 18 heures, le pasteur Antoine NOUIS, directeur du journal protestant Réforme, animera une réflexion autour de la question des couples de même sexe par une approche anthropologique, biblique, théologique et ecclésiale. L’important sera que chacun puisse exprimer son avis, entendre l’avis d’autres personnes.

Le dimanche 18 mai après-midi de 14 heures 30 à 17 heures, le pasteur Sophie Schlumberger, animatrice biblique à la Fédération protestante de France, nous aidera à réfléchir sur le thème : « Bénir. Témoins de l’Evangile dans l’accompagnement des personnes et des couples. »

La bénédiction de couples homosexuels est un sujet qui a le don de produire des réactions vives, des avis tranchés, des débats houleux.

Les pour et les contre s’affrontent, forts, chacun, de la vérité.

Quelques que soient nos convictions, nous ferons cet effort de laisser résonner cette question et de nous mettre à l’écoute de ce qu’elle suscite en soi et en l’autre. Autrement dit, nous nous laisserons travailler par cette question tout en la travaillant.

Le thème de la Bénédiction ne peut, vous l’avez bien compris, être réduit à celle des couples de même sexe.

La réflexion est plus large : que faisons-nous quand nous bénissons en Eglise ?

C’est le sens de cet acte, l’usage que nous en faisons dans notre Eglise, sa manifestation liturgique, qu’il s’agit d’interroger.

Notre réflexion doit être menée avec une forte préoccupation pastorale : « il s’agit d’avoir le souci des personnes et non pas de nous livrer à des joutes d’arguments ».

La question qui en fait nous est posée est celle-ci : comment pouvons-nous traduire plus concrètement, pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui, cet appel à être une Eglise de la bénédiction ?

Je nous souhaite un très bon et enrichissant travail en communauté sur ce thème afin que l’affirmation qui rythme le premier récit de création puisse s’appliquer à nos débats : « Dieu vit que cela était bon ! »

Martine Cardon Caldier

Événements à venir

  1. Culte et Cène

    octobre 22 @ 10 h 30 min - 11 h 30 min
  2. Protestant en Fêtes à Strasbourg

    octobre 27 - octobre 29
  3. Culte

    octobre 29 @ 10 h 30 min - 11 h 30 min