Le culte a lieu au temple tous les dimanches à 10h30

Le temple :
9B av. de la Gare
78280 Montigny le Bretonneux

Pasteur : M. Guilhem RIFFAUT
01 30 69 09 02
pasteur@epusqy.org

Présidente du conseil presbytéral :
Mme Hanta RAJAONA
01 30 54 94 58
conseil.epusqy@gmail.com

Nous écrire

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Petit historique de l’Eglise protestante unie de Saint Quentin en Yvelines

La paroisse de Saint-Quentin-en-Yvelines est issue du partage en 3 paroisses de l’Église Réformée de Versailles et Yvelines Sud (ERVYS). Ce partage a été décidé le 28 avril 2001 par une assemblée générale extraordinaire. Le 3 février 2002 a eu lieu l’Assemblée Constitutive de l’Église Réformée de Saint-Quentin-en-Yvelines, suivant les statuts types de l’ERF et avec l’élection d’un Conseil Presbytéral.

Aujourd’hui l’Eglise protestante unie de Saint Quentin en Yvelines est concernée par 28 communes (voir ci-dessous) et célèbre le culte dans un temple proche de la Gare de Saint Quentin en Yvelines.

Magny-les-hameaux, Le Mesnil-St Denis, St-Cyr-l’Ecole, Voisins-le-Bretonneux, Coignières, St Rémy l’Honoré, La Verriere, Fontenay-le-Fleury, Guyancourt, Elancourt, Maurepas, Bois-d’Arcy, Trappes, Jouars Ponchartrain, Villepreux, Les-Clayes-sous-bois, Plaisir, Neauphle-le-Château, Rennemoulin, Chavenay, Davron, Thiverval, St-Germain-de-la-Grange, Beynes, Crespières, Mareil-sur-Mauldre, Montainvilleparoisse2

Mais cette paroisse a toute une histoire ! Il faut être conscient que la ville nouvelle de Saint Quentin en Yvelines n’existe que depuis les années 1970, et que les protestants de cette agglomération faisaient alors partie de la dissémination de la paroisse de Versailles. C’est donc de Versailles qu’il faut partir pour bien comprendre d’où nous venons.

A partir de 1828, un culte hebdomadaire est assuré à Versailles par un pasteur parisien délégué alternativement par les consistoires luthérien et réformé de Paris. Les cultes sont célébrés dans une ancienne chapelle, prêtée à la communauté protestante anglaise en 1821.

En 1833, une ordonnance royale accorde aux protestants de Seine-et-Oise un pasteur résidant à Versailles. Le premier fut Nelson Vors de 1834 à 1858. Il avait en charge « l’Assemblée religieuse des chrétiens évangéliques de Versailles » (rappelons que le département de Seine-et-Oise faisait tout le tour de Paris).

En mars 1853, la paroisse devient autonome, avec son propre Conseil presbytéral. En 1855 s’en détache la paroisse de Saint-Germain-en-Laye qui regroupe les cantons d’Argenteuil, Meulan et Poissy, ainsi que les arrondissements de Mantes et Pontoise. Restent attachés à Versailles sous la houlette du pasteur Passa (de 1858 à 1885) les cantons de Marly-le-Roi, Sèvres et Palaiseau, ainsi que les arrondissements de Corbeil, Étampes et Rambouillet.

L’ancienne chapelle menaçant ruine, elle fut remplacée par le temple actuel de Versailles, construit en 1880 sur le même emplacement. Par une convention entre le maire de Versailles et le Consistoire de paris, ce dernier prenait en charge les travaux de construction, le terrain étant acquis par la ville ; le temple construit sous contrôle de la municipalité deviendrait bâtiment communal.

En 1906, l’Église de Versailles se constitue en association cultuelle et demande son rattachement à l’Union Nationale des Églises Réformées Évangéliques. C’est à ce moment que Bellevue et Corbeil deviennent, elles aussi, paroisses autonomes.

La paroisse de l’ERVYS (Église Réformée de Versailles et Yvelines Sud) existe en tant que telle depuis 1972. Elle couvre alors l’ensemble des communes de Versailles à Rambouillet et à Chevreuse. Compte tenu du nombre de communes desservies, elle a d’abord été découpée en 8 secteurs, autour de lieux de cultes souvent prêtés par les catholiques.

En 2002, le fonctionnement de la paroisse étant jugé trop lourd, elle a été partagée en 3 paroisses : Versailles, Rambouillet et Saint-Quentin-en-Yvelines. D’où la création de l’Église Réformée de Saint-Quentin-en-Yvelines (ERSQY).

Le pasteur Daniel Chaillou, précédemment pasteur de l’ERVYS (de 1998 à 2002), devint le premier pasteur de l’Eglise réformée de Saint-Quentin-en-Yvelines, l’ERSQY, (de 2002 à 2006). Le pasteur Pierre-André Schaechtelin, lui succéda en 2006. En 2008, il fut décidé de célébrer tous les cultes au centre œcuménique d’Elancourt, ce qui nous a préparés à nous rassembler deux ans plus tard dans le temple nouvellement construit.

La construction du temple à Montigny-le-Bretonneux dura un an, de l’automne 2009 à l’automne 2010. Son inauguration, événement majeur pour notre paroisse, a été célébrée en l’an de grâce 2010, le 28 novembre.

Quant à l’inauguration de l’orgue du temple, qui est une donation de la famille d’un particulier,  elle eut lieu le 3 juin 2012, et donna lieu à une série de quatre concerts tout au long du mois de juin. Sabine Heinrich, titulaire de l’orgue, est également professeur d’orgue et de clavecin à l’école de musique d’Elancourt avec laquelle un partenariat a été mis en place, et à l’école de musique de Guyancourt.

Le 9 mars 2013 la création du service d’entraide de l’Eglise protestante unie de Saint Quentin en Yvelines (EPUSQY) précéda de peu l’inauguration sur le plan local de la création de l’Eglise protestante unie de France (EPUdF), le 2 juin 2013. Cette Eglise nouvelle est le fruit de l’union de l’Eglise évangélique luthérienne de France et de l’Eglise réformée de France.

L’Église protestante unie de Saint-Quentin-en-Yvelines fait donc partie de l’Église protestante unie de France. Cette dernière appartient à la famille des Églises issues de la Réforme du XVIème siècle et elle est membre de la Fédération Protestante de France et du Conseil Œcuménique des Églises. L’Église protestante unie de Saint-Quentin-en-Yvelines fait partie du consistoire « sud-ouest » de la région parisienne.

NB : L’essentiel des informations concernant nos débuts à Versailles a été tiré d’un petit document écrit à l’occasion du centenaire du temple de Versailles, lui-même reprenant ses informations d’une brochure dont l’auteur était H.J. Messines, troisième pasteur de la paroisse.

Pierre-André Schaechtelin / Pierre Smadja

 

Annexe

Des compléments sur notre histoire

Avant le Centre œcuménique des 7 Mares

La paroisse de l’ERVYS (Église Réformée de Versailles et Yvelines Sud) existe en tant que telle depuis 1972 ; elle couvre alors l’ensemble des communes de Versailles à Rambouillet et à Chevreuse.

Mais, dés 1965, l’initiative du Conseil Presbytéral et de ses pasteurs  Minsen et Jourdrier, il semble nécessaire de regrouper des paroissiens disséminés, autour de secteurs extra-muros de Versailles :

  • d’une part de Plaisir, les Clayes, Villepreux, pour lesquels une chapelle a été utilisée à cette époque au 34 rue Pasteur à Villepreux
  • et d’autre part de Trappes, Elancourt, Maurepas, Chevreuse, en orientant les activités cultuelles dans différents lieux prêtées par les paroissiens ou les églises catholiques présentes. Des « cultes nomades », un début d’œcuménisme, déjà ???

1967 – 1975 : Trappes est à cette époque, et avant, la création du SAN « Syndicat d’Aménagement des la Ville Nouvelle de Saint Quentin en Yvelines », le lieu central de ce que l’on peut appeler « la ville nouvelle de Trappes », les communes d’Elancourt, de Maurepas s’y rattachant tout naturellement, d’autant plus que l’urbanisme est florissant sur ces communes, le nombre d’habitants ne cessant d’augmenter.

Ainsi, dans cette zone, à l’initiative de nombreux paroissiens (Armand Kreiss, Jacques Bosc, Colette Freychet, …), les pasteurs  (Claudette Marquet, Maurice Hammel, …., Gilles Castelnau, …), il a été nécessaire de trouver un lieu de culte stable afin de fédérer l’ensemble de la communauté de ce secteur.

Par ailleurs, la création de la MissPop, fraternité de la mission populaire évangélique, sur Trappes fut l’objet et reste encore un enracinement important de la communauté protestante de cette région.

Sur Versailles, le développement de la paroisse s’est structurée sur 2 lieux importants, à savoir le temple rue Hoche, mais aussi à partir de 1970, du Centre Huit largement ouvert sur la ville.

Et, à Rambouillet, mais plus tard (1986), un centre paroissial fut également construit en remplacement d’une minuscule chapelle (qui sera encore utilisée pendant plusieurs années par les mouvements de jeunesse).

Que dire du secteur de « Plaisir, Villepreux, les Clayes »  à cette époque (Robert et Antoinette Bonnal, Michel et Raymonde Roux, …)

Bien que partie intégrante de la paroisse de Versailles, l’activité cultuelle s’est progressivement orientée sur le « Relais Saint Jean », proche de la gare de Plaisir-Grignon, bâtiment catholique utilisé aussi par les communautés catholiques portugaises, par exemple.

Une Eglise disséminée, difficile à regrouper, il est souhaitable de trouver un lieu de culte central propre à cette zone des Yvelines.

 Le centre œcuménique des 7 Mares

C’est, à l’initiative des aménageurs publics, que la proposition de créer, un centre œcuménique à Elancourt, en gestion commune entre la paroisse catholique d’Elancourt-Maurepas et l’Eglise Réformée de Versailles, a été acceptée. Et dès 1977, le Centre Œcuménique des 7 Mares a ouvert ses portes et fut progressivement un des lieux de cultes important pour la communauté. Pendant quelques années, L’ERSQY célébrait alors le culte dans trois lieux différents : Une salle paroissiale de l’Eglise catholique à Plaisir, le lieu d’accueil du Cap Saint Jacques à Guyancourt, et le centre œcuménique à Elancourt.

Mais, suite aux orientations politiques des aménageurs, aux poids des différents maires des communes de la nouvelle « Ville Nouvelle de Saint Quentin en Yvelines », le développement des communes de Montigny, Guyancourt, … a dés cette époque été prédominant, la zone de « Elancourt, Maurepas, Trappes », un peu délaissée, créant 2 zones coupés par la nationale 10 et « traverser la N10 » est encore un problème aujourd’hui.

La recherche d’un bâtiment en propre

Difficile aussi pour ce secteur de se regrouper par exemple au Centre œcuménique des 7  Mares.

1980 – 2000 : Une augmentation très importante de la population sur la ville Nouvelle, poids plus faible de Versailles, …., nécessité de regrouper plus fortement les protestants  de cette zone. D’où la recherche d’un lieu de culte propre aux protestants (Jacques Bosc, Armand Kreiss, Nicole Grecourt, …)

Ce qui a été regardé

  • Immeuble SNCF sur Trappes
  • Bâtiment industriel sur Guyancourt
  • Différents Villas d‘entreprises

Discussions importantes sur le lieu du bâtiment : quel est le point central de la paroisse ?  Comment faire en sorte que l’ensemble des paroissiens disséminés entre Plaisir, Elancourt, Montigny, Guyancourt, Trappes, …. (28 communes) puissent considérer que ce nouveau lieu de culte leur soit propre. Quel est le rôle du Centre Œcuménique des 7 mares dans une telle perspective ?, …

Et, pour débloquer cette affaire, des événements presque simultanés.

  • En 2002, le fonctionnement de la paroisse de l’ERVYS étant jugé par la majorité trop lourd, elle a été partagée en 3 paroisses : Versailles, Rambouillet et Saint-Quentin-en-Yvelines. La paroisse de Saint-Quentin prend en charge ce dossier
  • En 2007, proposition du SAN de disposer à côté de la gare d’un terrain permettant de construire un temple
  • En 2009, volonté de l’évêché de Versailles de limiter les activités œcuméniques  et suite à la décision de créer un temple protestant, la paroisse ne peut plus vraiment assurer la gestion du Centre Œcuménique. Ainsi, ce bâtiment a été vendu à la municipalité d’Elancourt. Cette vente a été pour  de nombreux protestants de ce secteur engagés dans l’œcuménisme et porteurs des missions du Centre Œcuménique un réel traumatisme.

Événements à venir

  1. Culte et Cène

    octobre 22 @ 10 h 30 min - 11 h 30 min
  2. Protestant en Fêtes à Strasbourg

    octobre 27 - octobre 29
  3. Culte

    octobre 29 @ 10 h 30 min - 11 h 30 min