Le culte a lieu au temple tous les dimanches à 10h30

Le temple :
9B av. de la Gare
78280 Montigny le Bretonneux

Pasteur : M. Guilhem RIFFAUT
01 30 69 09 02
pasteur@epusqy.org

Présidente du conseil presbytéral :
Mme Hanta RAJAONA
conseil.epusqy@gmail.com

Nous écrire

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Bonjour à toutes et à tous,

  • Vous trouverez ci-dessous les lectures et la prédication du 31 janvier 2021.
  • Vous pouvez soutenir votre Église et sa mission par vos dons en cliquant ici.

Lecture

Marc 1 : 21-28

Jésus et ses disciples arrivent à la ville de Capernaüm. Le jour du sabbat, Jésus entre dans la maison de prière et il se met à enseigner.

Ceux qui l’entendent sont très étonnés par sa façon d’enseigner. En effet, il n’enseigne pas comme les maîtres de la loi, il le fait avec l’autorité que Dieu lui donne.

Juste à ce moment, un homme qui a un esprit mauvais en lui entre dans la maison de prière. Il se met à crier :

 « Jésus de Nazareth, qu’est-ce que tu nous veux ? Est-ce que tu es venu pour notre malheur ? Je sais bien qui tu es, tu es le Saint que Dieu a envoyé ! »

Jésus menace l’esprit mauvais en lui disant : « Tais-toi et sors de cet homme ! »

L’esprit mauvais secoue l’homme avec force et sort de lui en poussant un grand cri.

Tous sont très étonnés et ils se demandent entre eux : « Qu’est-ce qui se passe ? Cet homme enseigne d’une façon nouvelle et avec assurance. Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent ! »

Alors les gens se mettent à parler de Jésus dans toute la région de la Galilée. 

Ruines de la synagogue de Gamla (1er siècle av. J.-C.)

Prédication

Au commencement de l’évangile selon Marc, tout va très vite. On n’y fait aucune mention de la généalogie de Jésus, de sa naissance ou de son enfance. Encore moins de sa famille (Marie & Joseph ; Élisabeth & Zacharie…). En quelques phrases, Jésus est baptisé, mis à l’épreuve dans le désert, il annonce la bonne nouvelle en une phrase (« Le Royaume de Dieu est tout près de vous, changez votre vie ! »), appelle quatre disciples et s’en va avec eux à Capernaüm, une petite ville de Galilée, dans le nord de la Palestine.

C’est une région sauvage la Galilée. Elle est comparée à un désert dès les premiers versets (3). C’est dans le désert (4) que Jean-Baptiste, qui porte un vêtement en poils de chameau et se nourrit de miel sauvage, annonce la venue de Jésus.

Jésus, quant à lui, arrive de Nazareth, un village sans importance. Après que Jean-Baptiste l’a plongé dans l’eau, Jésus s’en va vivre à son tour dans le désert, avec les bêtes sauvages (13). Là, il est mis à l’épreuve par Satan, le « mal en personne ».

Lorsque Jean-Baptiste est mis en prison (c’était un personnage important, dérangeant), Jésus quitte le désert pour les rives du lac de Galilée. Il appelle quatre pêcheurs à le suivre. Les voilà enfin à Capernaüm – une ville juive, dans une région où beaucoup de non-juifs vivent également. Jésus va y habiter un moment (2,1).

C’est shabbat, le jour du repos (le samedi). Jésus et ses amis se rendent à la synagogue. Mais dans ce pays sauvage, le shabbat n’est pas de tout repos. Jésus enseigne l’assemblée, d’une manière nouvelle et étonnante, lit-on, mais juste à ce moment, une personne (« un être humain ») qui a un esprit mauvais entre dans la maison de prière.

Et l’esprit mauvais se met à crier, il reproche à Jésus de vouloir le détruire ! C’est comme s’il avait été attiré là par les paroles de Jésus. Jésus qui parle dans ce monde plongé dans la nuit, qui éclaire l’assemblée dans la synagogue, c’est comme lorsque Dieu dit « Que la lumière brille ! » au commencement du monde.

De fait, quand Jésus dit à l’esprit mauvais : « Tais-toi et sors ! » c’est une nouvelle vie qui commence pour la personne libérée. C’est un nouveau monde qui s’ouvre à lui. Jésus qui chasse l’esprit mauvais, c’est Dieu qui chasse les ténèbres comme au premier jour.

Ici, Jésus chasse l’esprit mauvais. Et l’esprit mauvais de s’en aller, dans les secousses et les cris. L’assemblée est étonnée : les esprits mauvais lui obéissent ! Tout au long de l’évangile selon Marc, Jésus est celui qui chasse le mauvais esprit. Qui le détruit, nous dit le texte. Pour nous donner à la place le bon esprit, son Esprit saint. Pour construire autre chose avec et pour nous. Une humanité réconciliée avec elle-même et avec Dieu, au cœur de la création.

Ce jour-là, le tobu bohu laisse place au shabbat. Le chaos laisse place à la création. Le désert, à une oasis d’amour, de confiance et de liberté. La maladie laisse place à la santé, la mort laisse place à la vie. Alors, les gens se mettent à parler de Jésus dans toute la région de la Galilée. Le mauvais esprit laisse place à la bonne nouvelle. Bonne nouvelle de la venue de Dieu parmi nous. Bonne nouvelle d’un Dieu qui s’adresse directement à nous. Bonne nouvelle du Dieu guérisseur. Bonne nouvelle, en Jésus, d’un Dieu proche de nous.

Un Dieu proche de nous au point d’y laisser la vie. Jésus va mourir, tuer par notre méchanceté. Abattu par nos coups, nos insultes, nos calomnies, nos mensonges, nos peurs, nos jalousies, nos lois, nos institutions, notre mauvais esprit. Mais peut-être connaissons-nous la suite de l’histoire, peut-être avons-nous entendu la bonne nouvelle, celle du retour à la vie de Jésus.

Jésus est vivant ! C’est une bonne nouvelle que nous pouvons annoncer parce que le monde se trompe tout à fait au sujet de la vie et de la mort. De la maladie et de la santé. Nous pouvons parler ensemble de ces deux choses, la vie et la santé, car dans la Bible, guérir (en hébreu chayah) signifie au départ vivre ou faire vivre.

Jésus est vivant, car la vie dépasse les limites de notre imagination, de nos représentations. La Galilée, cela veut dire « le cercle ». On traduirait sans doute par « l’arrondissement » ou la « circonscription ». Mais Jésus ne se laisse pas encercler : il enseigne avec nouveauté, il chasse l’esprit mauvais. Il ne se laisse pas circonscrire. De sorte que les limites de la synagogue s’effacent devant une scène qui concerne l’humanité entière : Dieu détruit le mauvais esprit.

Nous autres, ne nous laissons pas encercler par la mort. N’attachons pas trop d’importance au mauvais esprit : Dieu va le détruire. Attachons-nous, comme les quatre disciples, à Jésus, au Dieu vivant. « Choisis la vie ! ». Mais qu’est-ce que vivre ? Qu’est-ce que guérir ? Les tous premiers disciples de Jésus le savaient bien : ils étaient des pécheurs. Des pêcheurs de poissons mais aussi des pécheurs, c’est-à-dire, des personnes séparées de Dieu, des personnes qui ont besoin que Dieu les prenne par la main (Ps 73). 

Et nous, pourquoi ne pas demander à Dieu : « Qu’est-ce que tu nous veux ? ». On dirait qu’il veut détruire le mauvais esprit. Qu’il a une bonne nouvelle à nous annoncer ! Allons-nous résister ou nous laisser appeler, happer par lui, comme ses premiers disciples, qui ont laissé leurs filets, leurs parents, leur vie de pêcheur, pour marcher avec lui ?

Guérir, vivre, ce n’est pas un retour en arrière. C’est suivre ce chemin qu’est Jésus. C’est n’est pas la fin de la souffrance, c’est le début du sens. D’une vie qui en vaut la peine. D’une vie différente, nouvelle. Celle-ci peut-être paisible ou heurtée, brève ou longue. Mais c’est la vie avec Dieu.

La vie avec Dieu : dans le tobu bohu, c’est préparer le repos du shabbat. Dans chaos, c’est se montrer créatif, s’émerveiller de la création. Dans le désert, c’est laisser Dieu faire de nous une oasis d’amour, de confiance et de liberté. C’est se réveiller du sommeil de la mort, de nos vies insensées, de notre insensibilité, et cultiver le bon esprit, l’esprit des matins de vie. C’est ainsi que la maladie laisse place à la santé, que la mort laisse place à la vie.

Vivre, c’est une relation nouvelle avec Dieu, avec soi-même et les autres au sein de la création. C’est réaliser, sans doute, que la vie nous dépasse et, plutôt que de faire du mauvais esprit, c’est laisser le bon esprit nous emporter. La vie nous dépasse, alors ne soyons pas si sûr des limites de ce qu’on appelle la vie ou la santé.

À notre tour, laissons Dieu nous attirer à lui par sa Parole de vie, son enseignement nouveau (encore aujourd’hui). Laissons Dieu nous nous donner le bon esprit, son Esprit. Laissons Jésus nous guérir, laissons-le nous offrir cette chose nouvelle et étonnante : la vie. Amen.

Guilhem Riffaut, pasteur

Événements à venir
  1. Bureau

    mars 9 @ 8 h 00 min - 17 h 00 min
  2. Culte et KT en distanciel

    mars 14 @ 8 h 00 min - 17 h 00 min
  3. Culte et KT en distanciel

    mars 14 @ 9 h 30 min - 12 h 30 min