Le culte a lieu au temple tous les dimanches à 10h30

Le temple :
9B av. de la Gare
78280 Montigny le Bretonneux

Pasteur : M. Guilhem RIFFAUT
01 30 69 09 02
pasteur@epusqy.org

Présidente du conseil presbytéral :
Mme Hanta RAJAONA
01 30 54 94 58
conseil.epusqy@gmail.com

Nous écrire

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Chers amis,

En ce premier dimanche après Pentecôte, nous lisons ces trois verset dans l’évangile selon Jean (3,16-18) :

Oui, Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Ainsi, tous ceux qui croient en lui ne se perdront pas loin de Dieu, mais ils vivront avec lui pour toujours.

En effet, Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais il l’a envoyé pour qu’il sauve le monde.

Celui qui croit au Fils n’est pas condamné. Mais celui qui ne croit pas, celui-là est déjà condamné parce qu’il n’a pas cru au Fils unique de Dieu.

Le premier de ces versets est paraît-il, le verset le plus connu de la Bible – pourtant pas le plus simple : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Ainsi, tous ceux qui croient en lui ne se perdront pas loin de Dieu, mais ils vivront avec lui pour toujours. » Au fil des siècles, beaucoup l’ont considéré comme un résumé parfait du message de Jésus et de la proclamation chrétienne.

Dans l’évangile selon Jean, il s’agit d’une parole que Jésus adresse à l’un de ses disciples, Nicodème, qui lui demande comment « naître lorsqu’on est vieux ». Ce à quoi Jésus répond que « le vent souffle où il veut ». Autrement dit, chaque être humain est appelé à se laisser porter par le souffle de Dieu, qui change la vie, qui est comme une nouvelle naissance et l’entrée dans la famille de Dieu.

Appelé, mais de quelle manière ? C’est justement l’objet de ce verset : en Jésus, c’est Dieu qui nous appelle à lui et son amour est si grand qu’il a partagé notre existence, notre humaine condition, afin qu’en retour nous puissions partager sa vie, la vie véritable.

Cela, Jésus l’explique en s’appuyant sur une histoire que Nicodème connaît bien, celle du sacrifice d’Abraham (Genèse 22, 9-12) :

Abraham construisit un autel pour le sacrifice. Il met le bois sur l’autel, il attache son fils Isaac et il le met sur l’autel, au-dessus du bois. Puis il prend le couteau pour égorger son fils. Mais l’ange du Seigneur l’appelle du ciel : « Abraham ! Abraham ! » Abraham répond : « Oui, je t’écoute. » Le Seigneur continue : « Ne touche pas à l’enfant, ne lui fais pas de mal ! Maintenant, je sais que tu me respectes. En effet, tu as accepté de me donner ton fils, ton seul fils. »

Jésus est le Fils unique de Dieu, tout comme dans cette histoire Isaac est le fils unique d’Abraham. Et l’amour de Dieu pour le monde, son souci devant la méchanceté de l’humanité est si fort qu’il nous offre de le rencontrer, dusse-t-il en perdre la vie. Par bonheur, tout se termine bien : Abraham reçoit finalement un bélier à sacrifier à la place de son fils, et trois jours après sa mort, Jésus revient à la vie.

Reste la déclaration par Dieu d’un amour tel qu’il est prêt à donner ce qu’il a de plus précieux pour que nous le connaissions, pour que nous le partagions. Ce monde que Dieu aime tellement, c’est l’humanité entière. « Je bénirai tous les peuples de la terre ! », promettait-il déjà à Abraham. En effet, « tous ceux qui croient » vivront avec Dieu pour toujours, dit Jésus. Or croire, n’est-ce pas partager l’optimisme de Dieu, qui lui-même a jugé bon de confier son propre fils à une humanité indigne de le recevoir ? 

Dans certaines Églises protestantes (anglicanes, luthériennes, méthodistes…), le premier dimanche après Pentecôte est la fête de la Trinité. Ce mot de « trinité »  est une expression qui met l’accent sur la relation d’amour qui unit, dans la Bible, Dieu le Père, son Fils et son Esprit. Si cette notion est si difficile à saisir, c’est que la relation qu’elle tente de décrire et très dynamique. L’amour de Dieu est passion ! Cependant, celui ou celle qui a la foi peut en voir les effets dans l’équilibre fragile de la Création ou bien chaque fois que des êtres humains s’organisent, coopèrent ou travaillent ensemble en vue du bien commun. Nelson Mandela disait : « La meilleure arme, c’est de s’asseoir et parler ». Pour décrire la Trinité, la tradition chrétienne s’est également appuyée sur ces scènes bibliques rassemblant trois personnes autour d’une table, dans la paix du repas partagé. Ainsi l’iconographie représente-t-elle les visiteurs d’Abraham (Genèse 18,1-15) :

Ou bien encore les disciples d’Emmaüs en compagnie de Jésus (Luc 24, 13-35) :

La Trinité dit le Dieu créateur hier, aujourd’hui et demain. Au commencement du monde : « Dieu voit que la lumière est une bonne chose, alors il sépare la lumière de l’obscurité » (Gn 1,4). Il en va de même pour Nicodème qui, étant venu trouver Jésus la nuit, est amené par Jésus « à la lumière » (Jn 3,21).

À notre tour, tendons l’oreille à ce qui nous entoure, et ouvrons grand les yeux, ceux du cœur. Dieu est sans doute déjà là qui nous parle, qui passe près de nous !

Amen.

Et avec le Conseil œcuménique des Églises, nous prions aujourd’hui avec et pour les chrétiens du Botswana et du Zimbabwe :

Père aimant, aujourd’hui nous nous rappelons le Botswana et le Zimbabwe. Fais que ton amour qui subsiste toujours renforce et encourage toutes les Églises et tous les peuples sur tes belles terres.

Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Adonaï-Yiré, tu connais les besoins de tes enfants, avant même qu’ils plaident leur cause. Nous prions pour tous ceux et celles qui s’échinent aux champs: les agriculteurs, les mères, les vieux et les jeunes. Fais que leurs cultures et leurs bêtes trouvent de quoi se développer. Quand des familles sont harcelées par la faim et la misère, puissent tes enfants non seulement souhaiter mais surtout trouver la plénitude.

Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Père saint, nous prions pour les dirigeants et dirigeantes du Botswana et du Zimbabwe. Puissent-ils recevoir le courage, l’intégrité et la sagesse pour œuvrer au bien-être et à la prospérité de toutes et tous et non pas seulement de quelques-uns. Dirigeant l’ensemble de la communauté des États de l’Afrique australe, puissent tous leurs projets et mesures contribuer à apporter une transformation durable pour l’ensemble de la région. Seigneur, dans ta miséricorde,

Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

La loi du Seigneur est parfaite, elle convertit l’âme; le témoignage du Seigneur est sûr, il rend sage le simple; les préceptes du Seigneur sont droits, ils rendent joyeux le cœur; le commandement du Seigneur est limpide, il rend clairvoyant; la crainte du Seigneur est chose claire, elle subsiste toujours; les décisions du Seigneur sont la vérité, toutes, elles sont justes.

Dieu de grâce, nous prions pour que tes préceptes et tes jugements soient établis. Nous prions pour la guérison et la justice là où sévissent le conflit et la douleur. Accorde ta sainte protection au prisonnier, à la veuve et à l’orphelin.

Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Dieu vrai, le même hier, aujourd’hui et pour l’éternité, nous prions particulièrement pour les femmes et les filles du Botswana et du Zimbabwe.

Quand elles se lèvent avec le soleil matinal dans les villes et villages d’Afrique pour donner des soins, soutenir leur famille et travailler, bénis-les ;

Quand elles enseignent et apprennent, guide-les ;

Quand elles marchent, conduisent et prennent l’avion pour trouver de quoi manger pour leur famille, protège-les.

Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Notre Dieu, toi qui nous construis,

tu possèdes tous les matériaux nécessaire pour construire nos sociétés.

Tu possèdes la force de mettre de la sagesse sur ce qui s’est effondré dans nos vies.

Tu possèdes la sagesse qui peut refaçonner notre monde.

Inspire-nous ta sagesse, ta force et ton amour

pour rebâtir les murs en ruine de notre communauté.

Dieu Tout-puissant, nous confions toutes les créatures – grandes et petites – entre tes mains. Après avoir vu le travail de tes mains, tu as dit que cela était bon. Que cela reste ainsi à jamais, en Jésus Christ notre Seigneur.

Seigneur, dans ta miséricorde, entends notre prière.

Amen.

Événements à venir
  1. Culte

    juillet 5 @ 10 h 30 min - 11 h 30 min
  2. Bureau

    septembre 1 @ 20 h 15 min - 22 h 30 min
  3. Assemblée générale de l’EPUSQY

    septembre 13 @ 9 h 30 min - 12 h 00 min